> > BBH - Focus sur Alicia Toublanc

BBH - Focus sur Alicia Toublanc

Article Le Télégramme : 9 février 2017

22, v’la Alicia Toublanc

Alicia Toublanc est arrivée au Brest Bretagne Handball il y a quatre ans mais elle « reste costarmoricaine ».

Aux côtés des internationales et des locales bien connues du public brestois, de nouvelles têtes se sont immiscées dans l’effectif du BBH cette saison. La Costarmoricaine Alicia Toublanc est la plus en vue ces derniers temps.

La jeune ailière droite n’a pas la notoriété des internationales brestoises ni même encore la popularité de sa capitaine, de sa gardienne ou des locales Maud-Eva Copy et Gaëlle Le Hir, mais le visage et la silhouette d’Alicia Toublanc ne sont plus inconnus du public brestois. Un premier match fin 2015 en D2 « contre Mérignac », se souvient l’intéressée, une petite dizaine toutes compétitions confondues. « Celles-sur-Belle, Nantes, Toulon, Nice, Metz, où je n’ai pas joué », énumère la joueuse espoir de 20 ans, sans parvenir à arrêter de décomptes fixes, coupes et… buts compris. « Deux buts pour trois tirs en LFH ? Ah d’accord ! Mais avec la Coupe d’Europe, ça fait plus », sourit-elle. Pour la découverte de la LFH et de la Coupe EHF, « où tout est plus » que dans les divisions inférieures fréquentées avant, pour l’Arena « impressionnante (qui) fait un peu flipper » avant d’y jouer les premières fois, et pour tout le reste, Alicia ne renie pas son exil brestois depuis quatre ans. Exil ? « Je reste costarmoricaine », affirme la jeune femme qui a ses attaches à Plouagat, enfin à « Saint-Jean-Kerdaniel. C’est mon petit pays ». Petit bourg en bord de RN12 « entre Saint-Brieuc (où elle est née) et Guingamp », qu’elle a supporté « un peu » au Roudourou petite et qu’elle continue à préférer au Stade Brestois. « Oui, je sais, c’est la guerre », rigole-t-elle avec détachement.

Plouagat - Brest avec escales

La famille ne baigne pas dans le foot. Pas plus qu’elle ne baignait dans… le hand ! « Pas du tout, insiste Alicia, je ne connaissais pas avant de m’y mettre. Une copine en faisait depuis un an, elle me racontait tout le temps ses entraînements. J’ai essayé l’année d’après, à 7 ans, et j’ai accroché tout de suite. » Pour ne plus décrocher. À Plouagat, la salle est à côté de l’école, et l’école à côté de la salle, donc : « On était accompagné par mon ancienne maîtresse en petite section, la femme du président du club ». L’incontournable Serge Grot, aussi président du comité des Côtes-d’Armor. Le club costarmoricain (N3) a fini par perdre son internationale (cadettes, U18, U20) mais veille aujourd’hui sur la benjamine des Toublanc (Adélaïde, 16 ans). Pour la cadette - qui a un grand frère de 23 ans, Xavier - quitter son « petit pays » pour le pôle espoir de Brest n’a pas été simple. La route n’a pas été directe, a fait escales à Plouvorn (N2) et Landi-Lampaul (N2) avant de se poser au BBH. Mais la route est belle pour celle qui conjugue les études de kiné qu’elle a toujours voulu mener et hand de haut niveau. Dans son champ de vision ? « J’espère valider mon diplôme et être pro, je n’ai pas envie de faire de sacrifices d’un côté ou de l’autre. »

© Le Télégramme