vignette

> > > Youenn CARDINAL, champion du monde juniors !!

Youenn CARDINAL, champion du monde juniors !!

Article LE TELEGRAMME :
5 août 2015
Patrice Salaün @SalaünPatrice

Des Abers au Brésil. Youenn Cardinal, champion du monde juniors

JPEG - 71.1 ko

Le récent champion du monde, Youenn Cardinal, a retrouvé sa tante et sa mère avec bonheur.

A 21 ans, le Plouguernéen Youenn Cardinal est devenu champion du Monde, dimanche dernier, avec l’équipe de France juniors de handball, à Uberlândia au Brésil. Depuis, le Finistérien est sur un nuage.

Hier, en fin de matinée, il débarquait du métro à la gare Montparnasse, pour grimper dans ce train qui allait le ramener sur ses terres. « J’ai hâte de retrouver la maison familiale, à Plouguerneau. Je viens de passer trois semaines au Brésil, avec les Bleuets. L’objectif, c’était d’être sur le podium. Mais à présent, je suis champion du monde et c’est une sensation que je ne peux expliquer ».

« Je n’imaginais pas cela »

Avant de dominer le Danemark en finale (26-24), les jeunes joueurs des entraîneurs Jacky Bertholet et Yohann Delattre avaient pris les matchs les uns après les autres, sans prise de tête. « Nous étions parmi les cinq favoris de la compétition, expliquait Youenn Cardinal. Moi, j’ai surtout joué lors des rencontres de poule, face au Chili, contre la Corée-du-Sud, l’Argentine et déjà le Danemark, que nous avions une première fois battu. Devant l’Algérie, dans un match très tendu, nous arrachons la première place du groupe ». Ce Mondial, les handballeurs tricolores le préparaient depuis deux mois. « L’ambiance du groupe était excellente, il y avait une vraie osmose. Devenir champion du monde, c’est quand même quelque chose ! En arrivant au Brésil, une semaine avant le départ du Mondial, je n’imaginais pas cela. Heureusement, d’ailleurs, que l’équipe a eu cette semaine d’adaptation. Certes, c’est l’hiver là-bas, mais il fait malgré tout 25 degrés et je n’ai pas vu une fois la pluie. Notre préparation s’est déroulée à São Paulo, puis ensuite nous avons évolué à Uberaba et à Uberlândia ».

Un penalty en finale

Avec neuf victoires en autant de rencontres, la France, formée d’Espoirs de 21 ans et moins, a réalisé un sacré coup, une performance inattendue. « En enchaînant les succès, expliquait ainsi le joueur de Créteil (D1), nous n’avons pas eu l’occasion de nous relâcher. Au final, je retiens toutes les fins de matchs, très tendues. Et même si j’ai moins joué à partir des huitièmes de finale, je ne ressens aucune frustration. À mon poste d’ailier droit, le Dunkerquois Florian Billant est un sacré concurrent et un bon copain, aussi. Après la finale, où je marque un penalty, tout le monde pleurait. C’est inoubliable ». Et des larmes, il y en a eu aussi à Plouguerneau, où la famille Cardinal suivait les matchs sur le net, à 1 heure du matin. « On n’a rien raté, soulignait le papa Dominique. Il y a eu de nombreuses connexions à Plouguerneau et sur les Abers ! Il a été très bon en poule. Il marque deux penaltys en fin de match contre l’Algérie, ce qui permet à la France d’arracher la première place du groupe et de jouer, en 1/8e, la Norvège. Nous sommes sur une autre planète ! ». Et si l’on rajoute, en plus du titre, sur le CV, les 25 réalisations de Youenn sur ce Mondial, la famille Cardinal et le héros de fiston ne sont pas prêts d’atterrir. Ça va même être « samba » tout l’été sur les plages de Lilia !

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/handball/des-abers-au-bresil-05-08-2015-10729973.php